• Après le repas, nous retournons dans notre salle commune et c'est de nouveau l'heure de dormir.

    Mais cette nuit-là, je n'ai aucunement l'envie de m'endormir. Je reste assise au bord de la fenêtre contemplant la lune –qui brille de mille feux, presque étrangement– et j'observe le balancement des arbres de la forêt.

    Plusieurs fois, j'ai cru apercevoir des sortes d'ombres ondulantes, mais je me dis que ce n'est que le reflet des nuages dans l'eau où quelque chose comme ça…

    Jena dort à poing fermés mais… Ronfle comme un éléphant. Enfin bon je ne vais rien dire… Puis peu à peu je sens le sommeil m'envahir, et je sombre dans l'océan profond des rêves.

    Le lendemain matin à 7 heures 45, je me réveille la première. Décidant de me rendormir quelques minutes, je suis alors réveillé par un bruit étrange. On dirait une sorte de sifflement strident.

    Puis soudainement, une voix se fait entendre :

    -Bonjour à tous et à toutes, je suis Florian Navarré, le directeur de cette école.

    Hein ? Ce n'est pas la dame du premier jour, la directrice ?

    Bref, il faut bien croire que non.

    -Aujourd’hui est le jour tant attendu, ou redouté, de "l'épreuve de début d'année". Comme vous le savez peut-être, les Armycus passent à l'attaque, comme il est de coutume. Votre seul but est de survivre, tout en protégeant l'école. Le jeu est simple. Et vos pouvoirs Inexploités vous seront d'une aide incommensurable. Voilà, à vous de jouer !

    Oh, sympas comme premier discourt, pour un directeur inconnu ! Donc, le premier objectif est de ne pas mourir. Chose plus simple à faire qu'à dire, malheureusement !

    -Roh, faut déjà qu'on nous emmerde dès la première semaine ! Nanh mais j'te jure ! Et en plus c'est 5 heures du mat' ! Vocifère Jena dans un élan de colère intense.

    Je hausse les épaules, sachant que nous ne pouvons rien y faire.

    -Au fait Jena, c'est 7 heures passées...

    -La ferme Amy, c'est l'heure pour dormir, en tout cas !

     

    Tout le monde s'habille et on part en direction de la salle commune.

    Les Bonfidus se retrouvent donc tous. Notre chef, Herny Patto, prend alors la parole :

    -Bien, mes chers camarades ! Comme chaque année, vous le savez sans doute, les serpents ARMYCUS assaillissent le chalet, et, il est de notre devoir de les empêcher d'aboutir à leur fin. Cependant pour les petits nouveaux, et ceux qui n'auraient toujours pas assimilés les règles : votre but est de survivre ! Protégez le château, vos amis, votre honneur aussi. Chaque année, le clans dont l'effectif a le moins diminué gagne un bonus. On aurait pu vous mettre des bonnes notes, comme dans les écoles traditionnelles. Mais ici, vous gagnez la reconnaissance éternelle, car, sachez que la plus grande des récompenses ne se traduit pas forcément par le trophée le plus gros et le plus beau ! Mais, il est vrai que cet exploit, si réussit, doit aboutir, tout de même, à une récompense notée. On l'exige. Si nous "gagnons", tout le monde aura un 1 en DFM (défense contre les forces du mal). Les derniers n'auront rien, mis à part... Hmm, vraiment rien du tout, en fait. Une quelconque "honte", même si nous ne voyons pas ceci comme cela. Et pour le deuxième clan, tout cela dépendra de sa performance.

    -Euh un 1 ? C'est une blague ? Franchement, je dis Mort De Rire ! Lança un élève de 1ère, comme nous.

    -Non, ici, c'est le contraire des Notinger, les gens n'ayant pas de P.I, on fonctionne plus logiquement, question de notation. C'est comme pour une course : si tu es 20ème, c'est pas top, alors que si t'es 1er, c'est parfait ! C'est la logique de Navarré Powera School, et de certains pays.

    J'aime bien cette façon de faire, en même temps. Ça fait quand même tout de suite plus cohérent.

    Bref, pour résumer la situation, il ne faut pas mourir pour les bienfaits de son clan. Pire, pour gagner des bonnes notes...

    -Alors Amy, t'es prête ? Me lance Jena, avec un grand sourire.

    -Je crois que je n'ai jamais été aussi motivée... Tâchons de ne pas mourir...

    L'ironie, dans ce genre de moment, est indispensable, je pense...

    -L'attaque dure un temps précis ou non ? Questionne un autre garçon.

    -Non, ça s'arrête dès que tous les serpents sont finis.

    -Et quand on n'a pas encore exploité son P.I, on fait comment ?

    -Alors Amy, qu'est ce qui se passe ? Vous avez pas encore eu cours sur l'exploitation ? Bon et bien, dans ce cas, tu te débrouilles.

    -Disons que la plupart de mes camarades sont dans le même bateau !

    Herny Patto me regarda fixement, avec un air sérieux, et plus ou moins flippant...

    -Bien, vous allez improviser ! Lance ce dernier, en changeant d'expression pour un large sourire...

    -Hum... Sérieusement ? Hasardé-je.

    Une sorte de gong retentit. Notre chef leva les yeux vers la pendule.

    -8 heures sonne. C'est l'heure d'y aller.

    -Et... Et nous ?! On fait quoi ?! Hurle Jena, toujours de mauvais poil.

    -Vous devriez pouvoir vous en sortir grâce à... Ça, dit-il en désignant le côté gauche de son torse...

    Il part donc, avec les autres élèves, plus âgés que nous.

    -Ça ? Quoi ça ? Et en français normal, ça donne quoi ?

    -Jena calme toi, je pense avoir compris.

    -Oh alors, explique nous !

    Ah, elle a toujours été lente à la détente, mais bon, c'est Jena tout crachée...

    -Il a sûrement voulu dire le cœur.

    -Et tu crois que ça nous avance !?

    Je n’eus pas le temps de répondre...

    -Ah bah, c'est malin de nous donner de faux-espoirs !! Raille une fille.

    -Il y a obligatoirement quelque chose à comprendre. Le cœur... Les sentiments, non ?

    Personne ne rétorque. Mais, pas le temps d'attendre une réponse, que la fenêtre se brise, laissant entrer un... Un Armycus.

    C'est bien un serpent, cependant pas une petite vipère, même pas un anaconda ! C'est un machin long d'une dizaine de mètres, au moins, et haut comme une girafe, plus de 5 mètres quoi !
    Enfin, les maths c'est pas vraiment mon domaine, mais à vue d’œil, y'a pas de doutes possibles !

    Et puis, sa couleur diverge un peu aussi, vert émeraude, c'était assez flash.

    Ce qu'on appelle un début d'année mouvementé...

     

    Que sommes-nous censé faire ? L'attaquer ? Prendre la poudre d'escampette ? Ou peut-être lui parler, aussi tant que j'y suis !

    Les autres sont aussi perdus que moi. Donc, nous sommes voués à mourir de la main -façon de parler- d'un serpent.

    Et puis quoi encore ? Il faut agir. Oui, mais que faire ? N'y-a-t-il pas un quelconque moyen de le détruire sans utiliser son P.I ?

    Si, il y a sûrement une solution !

    Le reptile siffle.

    Un garçon -bien plus grand que moi- écarte la foule, notre foule première années, en marchant sereinement. Il doit avoir 16, 17 ans, et doit mesurer au moins deux mètres de haut. Il s'arrêta et déclara :

    -Si vous êtes là, bougez, ou sinon abandonnez, maintenant. On trouve pas la vrai force dans les bras, ou le cerveau. C'est encore plus profond, enfoui au cœur de vous-même !

    Après cela, il entraîne rapidement le serpent avec lui, par le trou-même, où l'animal est rentré. Tellement vite, que je n'ai même pas pu suivre l'action distinctement.

    Il n'a pas hésité à sauter... Suicide ? Non. Courage.

    Chose dont je manque cruellement au jour d'aujourd'hui.

     

     

    [Bon voilà mes Padawans, j'espère que ça vous a plu, n'oubliez pas de lâchez un commentaire ^^] -grosse dédicace à Emeris qui m'a harcelée pour savoir la suite ! XD


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique